La Fondation Farid Belkahia | Farid Belkahia
22592
post-template-default,single,single-post,postid-22592,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.7,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Farid Belkahia

« Farid Belkahia » par Rajae Benchemsi. Editions Skira, Paris, 2013. Edition bilingue français-anglais, 208 pages.
Figure emblématique de l’art contemporain au Maroc, Farid Belkahia a mené dès les années soixante une expérience artistique fondamentale et un travail de réflexion approfondi sur les nouvelles voies d’accès à la modernité. Il décide d’abandonner la pratique de la peinture de chevalet en 1965 et élabore une œuvre originale qui s’articule autour d’une interrogation sur son identité et son rapport à “l’autre”. Il revisite la mémoire du patrimoine marocain et de ses traditions artisanales et explore les potentialités de ses savoir-faire. Il commence par l’expérimentation de nouveaux supports comme le cuivre, qu’il martèle, brûle, oxyde, découpe et froisse jusqu’à en faire jaillir d’emblématiques empreintes, des compositions en bas-reliefs ondulés, souples et rythmés. Farid Belkahia opte ensuite en 1974 pour le travail sur la peau d’agneau qu’il tanne. Assouplit. Affine tel un parchemin qu’il étire sur des fonds de bois aux découpes totémiques. Elle devient le réceptacle où vient s’inscrire un langage plastique, sexuel, métaphysique et rituel du corps, oublié ou censuré, et que Belkahia replace dans une problématique contemporaine. L’auteur Rajae Benchemsi se livre dans cette monographie à une analyse subtile du cheminement de l’artiste et des mobiles et destinées de ses créations. Elle y révèle son univers aussi bien contextuel qu’intime et met en relief les contours d’une œuvre personnelle qui s’est toujours tenue éloignée des systèmes unificateurs. Cette œuvre singulière, qui affirme la puissance du mythe et de l’imaginaire, nous rappelle que la modernité est multiple et que la création est avant tout un langage individuel et un acte de liberté.